Retour à domicile après hospitalisation

Contexte

Après une hospitalisation, le retour à domicile peut poser problème. Un séjour à l’hôpital peut engendrer des difficultés temporaires pour se déplacer ou réaliser les gestes du quotidien. Pendant cette période, il est important de mettre en place des solutions adaptées, et une aide financière sont prévues à cette fin.

En bref

À la sortie d’une hospitalisation, deux options existent : rentrer directement au domicile, ou choisir un temps préalable en maison de repos. Il est clé de bien préparer le domicile. Pour aider les personnes concernées à s’organiser et à avoir recours à l’accompagnement à domicile adapté, une aide financière existe : l’ARDH (aide au retour à domicile après hospitalisation). Son montant maximal est de 1800€ par an et par bénéficiaire. Sa durée maximale est de trois mois.

Quelles solutions pour le retour d’hospitalisation ?

Après une hospitalisation, deux solutions s’offrent à vous : le passage dans une maison de repos, aussi appelé SSR (centre de soins de suite et de réadaptation) ou un retour à domicile direct, avec des aides à domicile.

Faut-il passer par une maison de repos (ou centres de soins de suite et de réadaptation, SSR) ?

Suite à une hospitalisation, il arrive parfois que le service hospitalier propose un temps en maison de repos, aussi appelée SSR (centre de Soins de Suite et de Réadaptation). L’admission n’est possible que sur prescription médicale et la plupart des mutuelles couvrent les frais engendrés pendant un mois. Le temps passé en maison de repos varie d’un sujet à l’autre et l’autorisation de sortie ne peut être délivrée que par un médecin du service. Le but des centres SSR (soins de suite et de réadaptation, aussi appelés maisons de repos) est d’aider le patient à recouvrer le meilleur potentiel de ses moyens physiques, cognitifs et psychologiques. Cela inclut de la rééducation, de l’accompagnement psychologique, toujours dans l’optique d’une réinsertion rapide et dans de bonnes conditions.

Retourner vivre à domicile : un choix sûr

Même si les maisons de soin, ou centres de SSR (soins de suite et réadaptation) peuvent être des lieux de convalescence adaptés, la plupart des personnes préfèrent retourner chez elle après une hospitalisation. Il est en effet souvent plus rassurant de se retrouver dans un cadre familier. Dans ce cas, il peut être utile de prévoir une aide à domicile pour aider les personnes âgées lors de leur sortie d’hôpital. En plus d’une aide dans les gestes de la vie quotidienne, les auxiliaires de vie peuvent apporter un véritable soutien psychologique et une relation amicale.

Consultez la liste des prestations à domicile proposées par Ouihelp.

Préparer la maison pour le retour

Pour assurer un retour au domicile dans les meilleures conditions, quelques aménagements du domicile sont à prévoir. Cela permettra d’adapter le domicile à la personne âgée et de faciliter les gestes de la vie quotidienne.

  • Si la personne hospitalisée a du mal à faire de grands mouvements, réduisez les distances à parcourir en concentrant le matériel indispensable dans une pièce principale et installez éventuellement des télécommandes pour contrôler des objets à distance.

  • Par ailleurs, de petites attentions lui feront sans aucun doute plaisir comme un congélateur bien garni de petits plats à réchauffer ou des livres à lire en attendant de se remettre sur pied.

  • Le jour du retour, vous pouvez prévoir de prendre un jour de congé pour l’aider à se réhabituer à son environnement. Si cela vous est impossible, pensez à trouver un garde malade ou une auxiliaire de vie qui pourra l’aider le temps de sa convalescence.

Pour préparer en toute sérénité le retour de vos proches, faites appel à une aide à domicile Ouihelp. Sélectionnées avec exigence pour leur expérience (trois années minimum), leur diplôme et leur savoir-être, elles pourront faciliter au quotidien le retour d’hospitalisation.

Bénéficiez de soins à domiciles

Si nécessaire, un médecin peut vous prescrire des soins médicaux à domicile, effectués par des infirmières. Des aides-soignants placés sous leur responsabilité peuvent aussi intervenir. Pour y recourir totalement gratuitement, et sans même avancer les fonds, il faut avoir au moins 60 ans, ou être atteint d’un handicap, d’une pathologie chronique ou nécessitant un traitement prolongé et coûteux. Autrement, des infirmiers médicaux peuvent, Toujours sur prescription médicale, intervenir à votre domicile. Selon votre situation, ces soins seront pris en charge de 60% à 100% par la Sécurité Sociale avec un complément possible de votre mutuelle.

Pour trouver l’accompagnement qu’il vous faut à domicile, contactez-nous.

Comment fonctionne l’ARDH ?

Pour bénéficier d’une aide à domicile adaptée après une hospitalisation, une aide financière existe : l’ARDH (aide au retour à domicile après hospitalisation).

Les trois conditions pour percevoir l’ARDH :

  • Être retraité
  • Ne pas dépendre d’un foyer-logement ou d’une famille d’accueil
  • Ne pas percevoir le fond de solidarité vieillesse, l’allocation personnalisée d’autonomie ou une prestation équivalente hors régime de la sécurité sociale

Les montants de l’ARDH

Les aides sont prises en charge dans la limite d’un plafond de dépenses de 1 800 euros par bénéficiaire et par an. Le montant de l’ARDH dépend des revenus du bénéficiaire.

Le barème mensuel de l’ARDH est le suivant :

  • Jusqu’à 836€ de revenu (ou jusqu’à 1 452€ pour un ménage) : 10% de reste à charge soit 90% d’ARDH
  • De 837€ à 895€ de revenu (ou de 1 453€ à 1 551€ pour un ménage) : 14% de reste à charge soit 86% d’ARDH
  • De 896€ à 1 010€ de revenu (ou de 1 452€ à 1 698€ pour un ménage) : 21% de reste à charge soit 79% d’ARDH
  • De 1 011€ à 1 091€ de revenu (ou de 1 699€ à 1 756€ pour un ménage) : 27% de reste à charge soit 73% d’ARDH
  • De 1 092€ à 1 041€ de revenu (ou de 1 757€ à 1 820€ pour un ménage) : 36% de reste à charge soit 64% d’ARDH
  • De 1 042€ à 1 259€ de revenu (ou de 1 821€ à 1 923€ pour un ménage) : 51% de reste à charge soit 49% d’ARDH
  • De 1 260€ 1 424€ de revenu (ou de 1 924€ à 2 136€ pour un ménage) : 65% de reste à charge soit 35% d’ARDH
  • Plus de 1 424€ de revenu (ou plus de 2 136€ pour un ménage) : 73% de reste à charge soit 27% d’ARDH

Par exemple, Madame D. vit seule et a 835 € de revenus par mois. Son plan d’aide au retour après hospitalisation, préconisé par un évaluateur, a été fixé à 1 500 € pour trois. Parmi ces 1 500 €, elle aura donc 150 € à charge et l’ARDH perçue sera de 1 350 €.

Les trois étapes de la mise en place de l’ARDH (aide au retour à domicile après hospitalisation)

La demande

La demande d’aide au retour après hospitalisation doit être effectuée par le service hospitalier le plus tôt possible, avant la sortie du patient, et transmise au service social de la caisse retraite de ce dernier. N’hésitez pas à solliciter le personnel hospitalier pour qu’il fasse cette demande.

La visite de l’évaluateur

L’évaluateur professionnel viendra ensuite dans la maison de la personne âgée pour établir la teneur et le montant de l’aide en fonction des besoins, et l’informer sur ses droits.

La prise en charge effective

L’ARDH prend en charge les frais d’aide à domicile à la hauteur maximale totale de 1800 € pendant trois mois maximum. Pour des cas exceptionnels, l’aide peut être prolongée pendant un mois supplémentaire. Pour obtenir cette aide, n’hésitez pas à contacter Ouihelp pour de plus amples précisions. C’est la CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite) de votre région qui verse l’ARDH.

En savoir plus

Pour en savoir plus sur l’ARDH, prenez contact avec la CARSAT.

Une autre aide, plus durable et non cumulable avec l’ARDH, existe pour les personnes âgées. Il s’agit de l’APA.