Les personnes âgées en perte d’autonomie : définition, diagnostic et solutions

perte-d-autonomie-senior

En 2050, 22,3 millions de personnes seront âgées de 60 ans ou plus contre 12,6 millions en 2005, soit une hausse de 80% en 45 ans (Source Insee). Ce vieillissement s’accompagne souvent d’une perte d’autonomie : la personne ne peut plus réaliser toutes les tâches du quotidien seule. Aujourd’hui, près de 90% des Français souhaitent vieillir chez eux (Source Insee). Concilier ce désir avec la perte d’autonomie nécessite souvent la mise en place d’une aide à domicile.

Apprenez à décrypter les premiers signes de la perte d’autonomie et à mettre en place les solutions adaptées.

94% de nos clients sont satisfaits ou très satisfaits

Trouver une aide à domicile

Perte d'autonomie : en bref

Différents signes peuvent révéler l’arrivée d’une perte d’autonomie. Soyez attentifs au comportement des personnes âgées de votre entourage pour les accompagner au mieux. Vous pouvez par exemple être sensible à l’isolement d’un senior. Elle a souvent pour cause des douleurs articulaires qui rendent les déplacements difficiles ou des troubles de l’audition qui compliquent les conversations.

Il faut également prêter attention aux changements d’habitudes alimentaires. Souvent, les personnes âgées en perte d’autonomie auront tendance à s’alimenter de moins en moins. Enfin, des problèmes de mémoire et des sautes d’humeur doivent également vous alerter. La dépression est une conséquence très fréquente d’une perte d’autonomie non prise en charge.

En cas de tristesse, de perte d'appétit et d'isolement, n'hésitez pas à intervenir.

Perte d'autonomie : définition et diagnostic

Définition de la perte d'autonomie

La loi définit la perte d'autonomie ou la dépendance comme :

« L’état de la personne qui, nonobstant les soins qu’elle est susceptible de recevoir, a besoin d’être aidée pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou requiert une surveillance régulière. »

Diagnostic : quels sont les critères d’évaluation de la perte d’autonomie ?

Comment savoir si un proche souffre de perte d’autonomie ? Quand agir et quoi faire ? Pour répondre à ces questions, sachez qu’il existe une grille mise en place par des professionnels pour évaluer la perte d’autonomie d’une personne âgée. Il s’agit de la grille AGGIR, qui questionne dix activités de la vie quotidienne afin de déterminer le niveau dépendance. Il existe donc dix types de questions à se poser face à la perte d’autonomie d’une personne :

  • Est-elle capable d’effectuer des mouvements simples toute seule ? (se lever, se coucher, s’asseoir...) ;
  • A-t-elle des problèmes d’incontinence ?
  • Peut-elle facilement communiquer avec l’extérieur en utilisant une alarme ou un téléphone ?
  • Est-elle capable de se déplacer à l’extérieur avec facilité ?
  • Peut-elle se déplacer à l’intérieur de son logement ? (Elle peut être aidée d’une canne, d’un déambulateur ou d’un fauteuil roulant) ;
  • Est-elle capable de manger toute seule ? (Même si elle ne peut plus cuisiner, peut-elle s’alimenter sans aide à partir d’aliments préparés à l’avance ?) ;
  • Est-elle capable de choisir elle-même ses vêtements ? Peut-elle s’habiller et se déshabiller toute seule ?
  • Peut-elle se repérer dans le temps et l’espace ? (Reconnaître les moments de la journée, retrouver son chemin dans une rue...) ;
  • Est-elle capable de faire sa toilette sans aide ?
  • Peut-elle avoir des conversations logiques ou a-t-elle parfois des troubles de la pensée ?

Les six groupes du GIR

perte-autonomie-personne-dependante

Les questions de la grille AGGIR permettent de dégager six groupes homogènes : les GIR.

  • Le premier groupe (Gir 1) représente les personnes âgées qui sont en incapacité d’effectuer des mouvements simples (alitées ou en fauteuil roulant) et qui ont besoin de la présence d’une aide à domicile quotidiennement ;
  • Le Gir 2 concerne les personnes dont les capacités mentales sont altérées mais qui ont conservé une autonomie de mouvement ;
  • Le Gir 3 regroupe les personnes qui ont toutes leurs capacités mentales mais qui ont besoin d’aide pour les activités de la vie quotidienne ;
  • Le Gir 4 concerne les personnes qui peuvent se déplacer seules mais qui ont parfois besoin d’aide à des moments spécifiques (repas, lever, coucher) ;
  • Le Gir 5 concerne les personnes qui n’ont besoin d’aide que pour la toilette, le repas et le ménage ;
  • Enfin le Gir 6 qualifie les personnes qui ont toute leur autonomie de mouvements et leurs capacités mentales.

Quels impacts sur la vie quotidienne ?

Les conséquences directes de la perte d'autonomie

  • La personne âgée risque de s’épuiser et d’accélérer le déclin de son état de santé, sans aide pour réaliser les tâches et gestes du quotidien ;
  • La personne âgée risque de tomber ou de se blesser en faisant les mêmes activités qu’autrefois, sans assistance. Les blessures ainsi causées risquent de précipiter la perte d’autonomie et d’être un signal d’alarme, hélas trop tardif.

De manière préventive, il est nécessaire de mettre en place une aide adaptée dès les premiers signes de perte d’autonomie.

Les conséquences indirectes de la perte d'Autonomie

  • La personne âgée tend à déprimer, consciente de son état ;
  • La personne âgée tend à s’isoler, se sentant honteuse de sa perte d’autonomie ;
  • La personne âgée n’a plus envie de se laver ni de s’alimenter.

Pour éviter ces cercles vicieux de la perte d’autonomie, des solutions existent pour assister les personnes âgées dans la vie de tous les jours, mais également pour leur redonner le goût de la vie.

Perte d'autonomie : les solutions

Les conseils pour prévenir la perte d'autonomie

La perte d’autonomie et la dépendance sont une conséquence progressive de la vieillesse. Néanmoins, pratiquer une activité physique c’est l’assurance de garder son indépendance le plus longtemps possible.

Nous conseillons ainsi aux personnes âgées de continuer à pratiquer une activité physique le plus régulièrement possible. Cette dernière n’a pas forcément besoin d’être intensive. Une simple balade dans les bois ou quelques brasses en piscine peuvent suffire. L’essentiel étant de bouger au moins une fois par semaine. Il existe de nombreux sports adaptés à ce genre de situation qui permettent de pratiquer une activité physique sans trop solliciter les articulations :

  • Le tai-chi, en proposant des étirements doux et des mouvements lents, permet de garder la forme sans faire d’efforts déraisonnables ;
  • La marche nordique, en accentuant simplement le mouvement naturel de la marche, permet de se dépenser sans risquer les blessures ;
  • Des cours de yoga et relaxation, avec des postures adaptées aux seniors, existent également.

perte-autonomie-personne-agee

Pour préserver l’autonomie d’une personne âgée, il est également possible d’aménager sa maison ou son appartement pour qu’elle puisse faire le plus de choses elle-même : une baignoire adaptée pour éviter les chutes, des placards qui ne sont pas trop hauts dans la cuisine, un monte-escalier à partir du moment où le passage de ces derniers commence à être difficile, etc. Des modifications d’aménagement et d’équipement ainsi que des solutions de maintien à domicile pourront donc permettre à la personne âgée de rester chez elle le plus longtemps possible.

Ce que les proches peuvent faire face à la perte d'autonomie

Sachez qu’en tant que proche vous pouvez accompagner les personnes âgées à mieux gérer leur perte d’autonomie. En effet, des lois ont été mises en place pour assister les aidants familiaux. Vous pouvez par exemple demander un congé proche aidant. Ce dernier vous permet de suspendre votre contrat de travail pendant un an pour aider un de vos proches en perte d’autonomie. De nombreuses associations se sont créées pour apporter leur soutien aux aidants familiaux. N’hésitez pas à vous rapprocher d’elles !

Perte d’autonomie : une aide financière pour permettre l’accompagnement des personnes dépendantes

Il existe une aide financière l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), pour les personnes dépendantes de plus de 60 ans afin de financer l’aide à domicile. Cette aide est accordée sans conditions de ressources et son montant dépend du degré de dépendance de la personne déterminé par le GIR, du mode d’hébergement et des revenus.

Grâce à l’APA, il est possible pour les personnes âgées dépendantes de bénéficier d’une aide au repas, d’une aide ménagère ou encore d’une aide à l’autonomie.

Pour en savoir plus sur la perte d’autonomie liée à l’âge, contactez la MAIA de votre région ou un conseiller Ouihelp.

94% de nos clients sont satisfaits ou très satisfaits

Trouver une aide à domicile