Parler à vos parents de l’aide à domicile : comprendre et mettre en place le processus d’acceptation

parler aide domicile parents personne agee

Selon une étude réalisée par l’Institut Français des Seniors, 93 % des Français reconnaissent vouloir le maintien à domicile pour eux-mêmes ou pour leurs parents. Une décision qui nécessite bien souvent un aidant professionnel puisque 90 % des personnes âgées vivant à domicile ont une aide à domicile et 40 % des personnes âgées en fin de vie choisissent les services d’aide à la personne pour leur soutien à domicile.

Toutefois, le refus d’aide est une situation courante. Alors, comment aborder le sujet avec ses parents sans les heurter ? Ouihelp vous livre donc quelques conseils pour gérer au mieux cette situation difficile.

94 % de nos clients sont satisfaits ou très satisfaits

Trouver une aide à domicile

Parler de l'aide à domicile : contexte

Avec l’âge, la dépendance d’une personne âgée marque une étape importante. Un changement d’ordre générationnel obligeant les parents et leurs enfants à modifier leur quotidien. La perte d’autonomie peut être brutale – accident vasculaire ou cérébral – ou venir simplement avec le temps se manifestant alors par des signes avant-coureurs – perte de mémoire, chutes, désorientation, isolation sociale… Des signes que nous refusons bien souvent de voir. Les enfants se voient ainsi affronter une réalité qu’ils redoutent et endossent un rôle d’aidant auquel ils ne sont pas préparés. Dans le même temps, la personne âgée pourra tenter de dissimuler la situation afin de préserver son indépendance.

Pour les enfants vient le moment de prendre une décision appréhendée, mais nécessaire : devenir aidants familiaux, faire appel à un service d’aide à domicile pour personnes âgées ou encore choisir une maison de retraite adaptée. Lorsque le maintien à domicile est possible, les enfants peuvent privilégier une prestation d’aide à domicile afin de préserver leur indépendance et/ou de respecter la dignité parentale. Une aide extérieure permet aussi de protéger les liens familiaux.

Par définition, l’aide à domicile intervient pour aider les personnes âgées à faire des actions qu’elles n’ont plus l’envie ou les capacités de faire. Ces actions sont liées aux actes essentiels de la vie, à la préservation ou la restauration de l’autonomie dans les activités du quotidien mais aussi au maintien et au développement des activités sociales – s’habiller, faire les courses, s’occuper du ménage, etc. Des aides financières existent pour aider à prendre en charge le coût de ce service d’aide à domicile.

Comment parler de l'aide à domicile à ses parents ?

La conversation, si elle n’est pas traitée délicatement, peut se transformer en conflit particulièrement émotionnel du fait des enjeux élevés des deux côtés. Les parents se battent pour la préservation de leur intimité et de leur indépendance alors que les enfants souhaitent protéger leur santé et leur sécurité. En conséquence, la conversation est souvent repoussée à plus tard. Cependant, la discussion est beaucoup mieux acceptée – des deux côtés - lorsqu’elle est anticipée plutôt que lorsqu’elle est forcée par les évènements.

Et pourquoi pas avec un peu d’humour ?

parler aide a domicile parents livre

L’humour pour relativiser, dédramatiser, contourner les défenses rigides et prendre une décision sans se laisser paralyser par l’anxiété. C’est le sujet du livre « Est-ce qu’on peut parler d’autre chose ? » par Roz Chast, dessinatrice américaine qui offre grâce à cette bande dessinée un témoignage à la fois drôle et émouvant. L’auteur réussit à transmettre toute la palette des sentiments et des émotions du futur prévisible et peu joyeux de la fin de vie à travers un ouvrage intime et universel.

L’auteur n’oublie aucun sujet et aborde toutes les questions taboues : de l’organisation, aux coûts, en passant par la gestion émotionnelle de la déchéance physique... Un récit avec beaucoup d’humour et de tendresse qui vous permettra d’y voir plus clair. Lisez le, prenez des notes et pourquoi pas l’offrir ensuite à vos parents pour parler de l’aide à domicile sans en dire un mot. Enfin, lorsque la conversation s’engagera, commencez par comprendre le point de vue de vos parents.

Comprendre le blocage

Avec l’âge, l’image de soi est mise à mal pour les seniors dont le statut social et familial change : perte de son indépendance, du contrôle de son existence et de son corps qui se fragilise… S’opère alors une inversion des rôles : l’enfant devenu adulte se retrouve à prendre soin de ses parents…

Afin d’accompagner au mieux ce changement et la prise de décision de faire appel à une aide à domicile, il est indispensable d’avoir de l’empathie pour pouvoir comprendre leur perspective et leur psychologie : écouter leurs peurs, leurs préoccupations et apprendre à déchiffrer leur refus.

Les raisons qui motivent ce refus sont multiples :

  • Le déni de la situation, de la maladie et de leur état de dépendance : refuser l’aide c’est refuser la perte d’autonomie et les pathologies du grand âge. L’inconscient met en place une barrière de défense ;

  • La réaffirmation de son identité et l’affirmation de sa légitimité à évaluer sa situation, ses besoins et à prendre une décision ;

  • Le refus de laisser une personne extérieure pénétrer dans son intimité ;

  • La peur du changement et ce qu’il représente ;

  • La crainte de la dépendance et de la perte supplémentaire de son autonomie ;

  • L’opposition systématique pour exprimer une volonté d’exister, de faire valoir ;

  • La confusion, l’impression d’être dépossédé de sa vie : face aux différents changements successifs, la personne âgée se sent perdue ;

  • La crainte du regard des autres ;

  • Le refus des coûts financiers par manque d’information ;

Reconnaître pourquoi les aînés veulent rester à la maison et tenir compte de leurs préoccupations au cours de ces discussions, permet de répondre à leurs questions, leurs objections et d’effacer leurs craintes concernant une aide extérieure.

Utiliser la bonne communication

parler aide domicile seniors

Une bonne communication repose sur l’écoute, l’échange et la compréhension. Lorsqu’on aborde le sujet de l’aide à domicile, une mauvaise communication peut entraîner stresse, anxiété, mais surtout le refus du bénéficiaire. Il faut donc utiliser une bonne communication verbale et non-verbale - gestes et mouvements du corps, regard, expression, silence...

Communication non verbale : ce qu'il faut faire

  • Maintenez un contact visuel ;
  • Ayez une attitude ouverte et positive ;
  • Évitez tout obstacle physique entre vous ;
  • Restez assis ;
  • Utilisez des gestes pour illustrer, soutenir vos propos ;
  • Touchez affectueusement le bras ou la main du bénéficiaire si la personne âgée accepte ;
  • Montrez-vous attentif et intéressé ;
  • Respectez les temps de silence.

Communication non verbale : ce qu'il ne faut pas faire

  • Ne distrayez pas son attention en jouant avec un objet, en consultant votre téléphone, en regardant sa montre ou en griffonnant ;

  • Ne soyez pas fermé ;

  • Ne jugez pas ;

  • Ne faites pas de gestes trop brusques.

Communication verbale : ce qu'il faut faire

  • Parlez distinctement et lentement ;
  • Parlez à proximité et face à la personne ;
  • Utilisez un vocabulaire facile à comprendre ;
  • Faites des phrases courtes ;
  • Mettez en avant vos observations, préoccupations et sentiments ;
  • Soyez à l’écoute : écoutez, écoutez, écoutez ;
  • Posez des questions pour obtenir des informations ;
  • Permettez-leur de répondre, de s’exprimer et de partager leurs points de vue ;
  • Soulignez que vous voulez réaliser leurs souhaits, qu'ils peuvent compter sur vous, et que vous voulez maintenir leur mode de vie ;
  • Reformulez et résumez vos propos pour être sûr d’être compris ;
  • Respectez les opinions de la personne.

Communication verbale : ce qu'il ne faut pas faire

  • Ne répétez pas sans reformuler ni en haussant le niveau de voix ;

  • Évitez le vocabulaire compliqué et professionnel ;

  • Ne vous placez pas en position dominante ;

  • Ne mentez pas ou ne cachez pas d'informations ;

  • N’infantilisez pas le bénéficiaire ;

  • Ne soyez ni agressif ni ironique ;

  • Ne critiquez pas.

Mettre l'accent sur les avantages de l'aide à domicile

parler aide a domicile parent senior

Cette conversation a lieu pour leur permettre de garder leur qualité de vie, pour protéger leur indépendance et non l’inverse. Restez réaliste par rapport à la situation en énonçant les faits et en décrivant les avantages d’une aide à domicile. Les avantages peuvent être nombreux :

  • Indépendance et l’autonomie grâce à une auxiliaire de vie sociale : la dépendance physique n’empêche pas une certaine autonomie ! Un aidant leur permet de garder le contrôle sur leur vie quotidienne ;

  • Préservation de la qualité de vie, tout en restant chez soi : la plupart des personnes faisant la demande d’une aide à domicile voient leur temps qualitatif augmenter puisqu’avec le ménage, la lessive et les repas pris en charge, elles ont beaucoup plus de temps libre pour faire ce qu'elles souhaitent ;

  • Une solution rassurante pour la famille : montrez votre inquiétude de les savoir seuls chez eux puis expliquez comment une AVS assurera leur sécurité et rassurera toute la famille. Les savoirs dans un endroit familier avec une aide à domicile qui peut intervenir en cas d’urgence et vous prévenir rapidement en cas de besoin vous réconforterait ;

  • Une réponse pratique : quels que soient leurs besoins, le service d’aide à domicile qualifié veillera à ce que la personne âgée ne manque de rien – soin d’hygiènes, courses, petits travaux domestiques, médicaments

Laissez à vos parents le temps de réfléchir au service d’aide à domicile et soyez prêt à reprendre la conversation à tout moment. Vous pouvez également leur donner des informations complémentaires à lire.

Faites intervenir un aidant professionnel

Si vos parents refusent l’éventualité de l’aide à domicile pour les personnes âgées, vous pouvez demander des conseils et vous faire aider par un tiers comme un aidant professionnel. Le manque d’information, de soutien, l’aspect affectif de la situation peuvent rendre compliquée et très lourde la décision de faire la demande d’une aide à domicile.

La personne âgée peut tout simplement refuser d’écouter une personne de sa famille alors que le message sera mieux perçu lorsqu’il vient d’une personne extérieure qui pourra rassurer et inspirer la confiance au bénéficiaire. Les compétences d’une aide à domicile lui permettent d’expliquer le bénéfice d’un aidant avec conviction, compréhension, patience et technique. Elle pourra également faire des suggestions ciblées par rapport à la situation de vos parents. Si vous souhaitez obtenir des réponses à vos questions et préoccupations, contactez un conseiller Ouilhep.

L'aide à domicile acceptée, et après ?

Une fois la décision prise, il reste deux points importants pour une intégration de l’aide à domicile avec succès :

  • Intégrez vos parents dans les décisions ;

  • Restez vigilant sur son état psychologique.

Intégrez votre parent dans les différentes étapes

La conversation de l’aide à domicile ne s’arrête pas là. Il est important par la suite de continuer à impliquer vos parents dans les choix qui les concernent, d’autant que vous pourriez avoir besoin de leur aide pour prendre certaines décisions. Profitez-en pour leur expliquer le métier d’une aide à domicile et les différents dispositifs envisageables. Il est important de présenter en détail les types de soins et les prestations d’aide à domicile - aide à domicile après hospitalisation, aide ménagère, aide à domicile de nuit

Chez Ouihelp, non seulement les conseillers vous aident à trouver l’intervenant idéal pour vos parents, mais le service comprend également un suivi régulier permettant aux personnes âgées de faire évoluer leur accompagnement selon leurs besoins, leurs goûts et leurs habitudes.

Restez vigilant

Enfin, une fois l’aide à domicile mise en place, restez vigilants. Il se peut que l’acceptation ne soit pas définitive. Une personne confrontée face à la perte d’autonomie et aux pathologies liées à l’âge peut réagir de plusieurs manières lorsque l’auxiliaire de vie sociale est mise en place :

  • L’acception : la personne âgée réinvestit sa vie d’une autre manière. Elle saura faire face à ce changement de vie et le surmonter ;

  • La démotivation et la dépression : le senior n’arrive pas à surmonter le « deuil » de son indépendance.

Il faut donc être vigilant à cette étape, car la dépression chez les personnes âgées est trop souvent niée alors qu’elle concerne 15 à 20 % de la population de plus de 65 ans.

De plus, comme l’explique Guillaume Besse, médecin, une dépression peut être dans 40 % des cas la cause d’un rejet des propositions des proches ce qui pourrait anéantir toutes les démarches réalisées auparavant.

En savoir plus sur l'aide à domicile

Pour plus d'informations, consultez les services d'accompagnement de Ouihelp et n’hésitez pas à contacter un conseiller Ouihelp pour vous aider à travers le processus d’acceptation.

94 % de nos clients sont satisfaits ou très satisfaits

Trouver une aide à domicile