Ella est l’une de nos auxiliaires de vie à Rennes.

Chez Ouihelp, nous recrutons les meilleures auxiliaires de vie du secteur pour offrir la meilleure qualité de service possible. En plus d’être compétentes et bienveillantes, nos auxiliaires de vie sont réellement impliquées dans leur accompagnement et pour certaines, créent de belles histoires avec leur bénéficiaire. C’est le cas d’Ella, une de nos supers auxiliaires de vie rennaise. Prise de passion pour le métier d’aide à domicile, elle a rencontré Mme G. et a su créer une relation unique. Elle nous raconte sa vision de l’accompagnement.

IMG 8098

Racontez-nous votre parcours

Ella : J’ai découvert ce métier lors de mes études en économie et gestion. Je cherchais un job étudiant à côté de mes études et on m’a proposé d’être aide à domicile. Dès le premier jour j’ai trouvé ça génial et je me suis prise de passion pour cette activité. J’aimais le fait d’être en contact avec les gens en perte d’autonomie et de me rendre utile. Je suis une personne qui aime beaucoup l’humain et le service à la personne me correspond beaucoup. Du coup j’ai continué cette profession.

Quels ont été vos expériences d’auxiliaire de vie avant de rejoindre Ouihelp ?

Ella : J’ai eu plusieurs expériences dans plusieurs structures en tant qu’aide à domicile avant de commencer chez Ouihelp. Ces expériences se sont très bien passées avec les bénéficiaires dont je m’occupais mais elles ne sont pas toujours bien passé avec les agences avec lesquelles j’ai collaborée. En rejoignant Ouihelp, j’étais très attentive à la relation que j’allais avoir avec l’entreprise. J’avais eu de bons échos quant aux relations qu’entretenait Ouihelp avec les personnes âgées, donc j’ai eu envie de découvrir cette structure.

Qu’est ce qui vous a donné envie de rejoindre Ouihelp ?

Ella : Ce qui m’a plu chez Ouihelp c’est l’accompagnement tant pour les bénéficiaires que pour les auxiliaires de vie. Dès l’entretien, je me suis tout de suite sentie accompagnée. Le fait de savoir que l’entreprise était également présente pour nous c’était très important pour moi. Et puis mon souhait s’est confirmé lors du premier rendez-vous de présentation chez ma bénéficiaire en présence du responsable de secteur par exemple. C’est très rassurant pour nous plutôt que d’être envoyé chez quelqu’un que l’on ne connaît pas sans avoir été présenté auparavant.

Vous pensez que cette présentation est indispensable à un bon accompagnement ?

Ella : Oui totalement. Mme G. est très contente de mon accompagnement et je pense que c’est justement grâce à l’accompagnement que j’ai eu au préalable. Si l’on ne s’était pas rencontré avant, si l’on ne nous avait pas présenté, je ne sais pas si le contact se serait fait si facilement. Je pense que ça c’est bien passé parce que je me suis sentie écoutée et aidée et donc dans de bonnes dispositions pour l’aider à mon tour.

Quel est pour vous la différence entre Ouihelp et une autre structure ?

Ella : Ce qui a été flagrant pour moi c’est ce sentiment que l’humain passe avant tout. L’attention que porte Ouihelp à chacun de ses bénéficiaires est remarquable. Je n’ai pas l’impression d’être dans une structure où je suis une inconnue et où les seniors représentent que de l’argent. Je suis régulièrement en contact avec ma responsable de secteur, avec la famille de Mme G. C’est l’humain avant tout et c’est ce que j’aime.

Qu’est ce qui vous passionne dans le métier d’auxiliaire de vie ?

Ella : J’aime pouvoir échanger, partager des expériences avec les gens. Être là non pas pour apporter seulement de l’aide mais aussi de la compagnie. Ça me fait plaisir d’entendre Mme G. dire que je lui permet de ne pas penser à des choses négatives et de passer de belles journées, c’est gratifiant. Pour moi c’est ça aussi l’aide à domicile. Pouvoir être là pour des personnes qui en temps normal sont seules. Les aider mais surtout leur apporter des ondes positives.

Quels sont vos conseils pour accompagner des pathologies de type alzheimer ?

Ella : Ce que je conseille c’est d’être le plus à l’écoute possible. Se rendre disponible et tout simplement faire attention à la personne. En apprenant à connaître un bénéficiaire vous apprenez également ses petites habitudes et être attentif permet de pouvoir pallier à ces oublis. Chez ma bénéficiaire je sais où elle range ses affaires car je suis attentive à ce qu’elle fait donc quand elle cherche quelque chose, j’arrive rapidement à mettre la main dessus. J’arrive à me mettre à sa place parce que je la connais. Avoir confiance l’un en l’autre est aussi très important.

Vous êtes chez Mme G. depuis décembre, pouvez-vous nous raconter une journée type ?

Ella : Quand j’arrive la chienne m’attend systématiquement devant la porte, elle connait mes horaires par coeur. J’interviens 3 fois par jour chez Mme G. 1h le matin, 1h le midi et 1h le soir. Quand j’arrive le matin, Madame n’est pas toujours levée donc je lui dis de prendre son temps et je m’occupe de nourrir son petit chien en attendant. J’ouvre les volets, je prépare le petit déjeuner puis je l’accompagne pendant ce premier repas. Je réalise quelques tâches ménagères, je fais la vaisselle du jour, puis je vais promener son chien. Le midi, on a un peu plus de temps alors on discute pendant que je prépare le repas, puis j’aide Madame à prendre son déjeuner. Avant de partir je refais un petit tour dehors avec la chienne afin qu’elle puisse se défouler et je reviens en fin de journée pour à nouveau préparer le dîner, faire quelques tâches ménagères comme l’entretien du linge et sortir le chien. Ce qui est bien le soir c’est qu’on prend plus le temps de parler. J’aime toujours savoir comment s’est passé sa journée, c’est important.

Qu’est-ce-que vous prenez le plus de plaisir à faire ?

Ella : Ce que je prends le plus de plaisir à faire est d'échanger avec Mme G. et lui préparer de bons petits plats. Le midi on prend le temps de cuisiner et elle adore ça. C’est toujours plaisant de faire ce genre de chose car ça nous permet d’échanger, j’apprends à mieux la connaître, mieux connaître ses goûts et on s’échange de petits conseils de recettes.

Dans quel domaine pensez-vous être la meilleure ?

Ella : Je pense que c’est l’écoute. C’est ce qui permet à mon sens de bien communiquer. Lorsque l’on prend le temps d’écouter les gens on fini par comprendre même les choses qu’ils ne nous disent pas et c’est à ce moment que le réel accompagnement commence et se passe bien.

Si votre bénéficiaire devait vous décrire en quelques mots, qu’est-ce-que vous pensez qu’elle dirait ?

Ella : Je pense qu’elle dirait que notre relation n’est pas seule une relation auxiliaire de vie / bénéficiaire, que c’est plus une relation humaine et belle. Je pense qu’elle est contente de l’accompagnement.