L'accompagnement Ouihelp à Lille du point de vue des aidants

Ouihelp Lille accompagne Hervé D. depuis la fin du mois de novembre, pour un total de 54 heures/semaine. C’est Edouard, responsable de secteur, qui s’est occupé du démarrage de l’accompagnement. Un binôme a été mis en place, constitué de Zineb et d’Audrey, pour veiller au maintien quotidien de l’autonomie d’Hervé.

Selon les chiffres du baromètre 2017 publié par la Fondation April et BVA, près de onze millions de Français, soit une personne sur six, accompagne un proche en situation de dépendance, que ce soit en raison de son âge, de sa maladie, ou de son handicap. Marie-Christine D. fait partie d'entre eux. À près de 61 ans au mois de Mai, elle prend soin de son mari Hervé D. depuis maintenant un an. Tous les matins en se rendant au travail à côté de Lille (59160) où elle réside, elle ne s'inquiète plus pour son mari grâce aux aides à domicile Ouihelp.

Zineb et Marie-Christine

Marie-Christine, pourquoi avez-vous fait appel à un service d’aide à domicile ?

Mon mari, Hervé, a eu un AVC hémorragique* il y a 10 mois. Étant toujours en activité professionnelle, j’avais absolument besoin de quelqu’un à la maison pour pouvoir m’aider dans les actes et activités de la vie quotidienne, ce pourquoi j’ai décidé de faire appel à des auxiliaires de vie.

*«L'accident vasculaire cérébral hémorragique, aussi appelé hémorragie cérébrale, survient lorsqu'un vaisseau sanguin se rompt et provoque un saignement dans le cerveau.»

Qu’est ce qu’a changé l’aide à domicile dans votre quotidien ?

Tout ! Deux auxiliaires de vie, Zineb et Audrey, se relaient tous les jours et les week-ends et réalisent des journées complètes pour aider Hervé. Elles font en sorte qu’il soit le plus pimpant possible : les dents brossées, bien peigné, sentir le parfum, les ongles limés. Elles sont aussi là pour m’aider à entretenir la maison : elles font le ménage, les courses, la lessive, ce sont toutes ces petites choses dont je n’ai plus le temps de m’occuper. Edouard s’est chargé de la coordination entre l’ensemble des professionnels qui interviennent à la maison : infirmiers, médecin traitant ou encore ergothérapeute. Désormais, tout se passe de manière fluide et coordonnée, et Zineb et Audrey savent à qui s’adresser. Les savoir à la maison avec Hervé m’enlève une grande source de stress !

Pourquoi avez-vous choisi de faire appel à Ouihelp plutôt qu’à une autre structure pour un accompagnement à domicile ?

Ma voisine et amie est aide-soignante travaille en gériatrie et connaît donc le milieu de l’aide à domicile. Je lui ai demandé conseil pour savoir quelle société appeler, elle s’est chargée de tout et vous a contacté. Par exemple, juste avant de faire appel à vos services, nous avions choisi une autre structure d’aide à domicile, qui s’est avérée être très décevante. Chez vous, les auxiliaires de vie sont formées, elles ont un diplôme, de l’expérience, toutes les missions sont très bien réalisées : elles ne se contentent pas du minimum. Par exemple, Zineb fait faire à Hervé des activités pour stimuler sa mémoire cognitive et sa motricité. Elle lui propose également des activités annexes, comme de la pâtisserie, pour la stimulation gustative.

Ce qui a également changé, c’est la relation que j’entretien avec votre Chef d’Agence (responsable de secteur), Edouard. On s’entend beaucoup mieux, par rapport au responsable de secteur qui nous accompagnait avant, c’est une personne franche et sincère, on sent qu’il n’est pas là pour le profit, il veut réellement nous aider. En résumé, en comparaison de mon ancien service d’aide à domicile, Ouihelp, c’est le jour et la nuit, on ne peut pas mieux ! Je vous recommanderai sans aucun doute.

Quelle relation entretenez-vous avec les deux auxiliaires de vie qui s’occupent de votre mari ?

Avec Zineb et Audrey, nous entretenons de très bonnes relations. Je leur dis tout le temps qu’elles sont ici comme si elles étaient chez elles. Ce n’est pas une simple relation auxiliaires de vie/aidant/aidé, nous avons tissé de vrais liens. Elles viennent rendre visite à Hervé lorsqu’il doit se rendre à l’hôpital, elles nous rapportent des pâtisseries et des petits plats lorsqu’elles en ont l’occasion. Audrey nous suit et prend soin d’Hervé à chaque occasion. C’est une vraie professionnelle qui est impliquée dans son métier, tout comme Zineb. Elles nous accompagnent au restaurant, lorsque nous nous promenons, ou encore en vacances.

Selon vous, quelles sont les qualités principales d’une bonne auxiliaire de vie ?

En premier lieu, il faut que les auxiliaires de vie aient un diplôme du secteur, ainsi qu’une première expérience professionnelle. Il faut également être doux, calme, avoir de la patience, faire preuve d’empathie, être discret et à l’écoute.

Ne ratez plus rien sur l'aide à domicile ! Inscrivez-vous à notre newsletter