Rencontre avec Maryse, notre auxiliaire de vie bordelaise.

Vous le savez sans doute, Ouihelp ne cesse de grandir et de proposer ses services dans de nouvelles villes en France. Récemment, c’est à Bordeaux (au 31 allée de Chartres, 33000 Bordeaux pour les connaisseurs) que notre équipe a posé ses valises.

En moins de deux mois, nous avons eu la chance de réaliser nos premiers accompagnement mais également de recruter de supers auxiliaires de vie que nous avions hâte de vous présenter. C’est Maryse, notre auxiliaire de vie bordelaise qui a souhaité nous partager son parcours et sa vision de l’aide à domicile.

avs-bordeaux

OH : Racontez-nous votre parcours professionnel.

Maryse : J’ai un parcours un peu atypique. J’ai commencé à travailler à l’âge de 18 ans dans les hôpitaux. Par la suite j’ai évolué et je suis restée dans la fonction publique durant 40 ans à différents postes. A 56 ans j’ai décidé de démissionner de la fonction publique pour me diriger vers une profession qui m’avait toujours donné envie, auxiliaire de vie. J’ai commencé cette nouvelle carrière dans une société comme la vôtre puis j’ai travaillé à mon propre compte pendant quelques années avant de vous rejoindre le mois dernier.

OH : Avez-vous effectué une formation pour devenir auxiliaire de vie ?

Maryse : Non à l’issue de ma première expérience professionnelle j’ai eu la chance de rencontrer par hasard une infirmière en profession libérale. Elle m’a permis de faire mes premiers pas en tant qu’auxiliaire de vie au sein d’une résidence seniors dans laquelle elle travaillait. J’y ai appris tous les types d’accompagnement et de soin que l’on peut prodiguer aux personnes âgées. L’aide à la toilette, l’aide à la prise des repas, ou encore l’aide au ménage. Des choses qui paraissent simples, mais qui mérite une réelle formation afin de les effectuer correctement. J’y suis restée quelques années ce qui m’a permis d’être vraiment opérationnelle.

OH : Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre Ouihelp ?

Maryse : En premier lieu c’est l’équipe de Bordeaux qui m’a donné envie de rejoindre cette société. J’ai tout de suite eu un bon ressenti avec Aurore (la responsable de secteur) et Rémi (chargé RH). Ce qui m’a par la suite vraiment donné envie de rejoindre Ouihelp et les valeurs de l’entreprise qui sont également les miennes. On sent cette envie de mettre l’humain avant tout, que soit les bénéficiaires ou les aides à domicile. En tant qu’auxiliaire de vie on se sent vraiment valorisée et accompagnée. Par exemple Ouihelp fait en sorte que nous puissions travailler chez des bénéficiaires proches de chez nous, c’est un réel avantage.

OH : Pourquoi avoir choisi d’exercer cette profession ?

Maryse : L’accompagnement est une passion que j’ai toujours eue. Je suis une personne très sensible et empathique. J’avais ce besoin personnel de combler cette partie de moi que je ne pouvais assouvir en travaillant dans la fonction publique. Je savais que je ferais des rencontres incroyables et que je pourrais apporter beaucoup à des personnes qui sont souvent isolées. C’était important pour moi.

OH : Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier d’auxiliaire de vie ?

Maryse : J’aime apprendre de l’humain. Quand on s’occupe de seniors, on fait face à des personnes authentiques qui ne cachent pas qui ils sont. J’aime apprendre leur vécu et m’enrichir de leur expérience. Je suis contente de pouvoir les aider mais ils m’apportent énormément aussi et ce que j’aime dans ce métier. Je m’occupe des personnes très reconnaissantes, vraies, sympathiques et c’est ce rapport à l’humain dont j’avais besoin dans mon activité professionnelle.

OH : Avez-vous des conseils à donner aux auxiliaires de vie pour accompagner des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ?

Maryse : Le premier conseil que je pourrais donner est d’être attentif et de toujours anticiper les besoins de la personne. En respectant ses habitudes et son environnement on lui facilite son quotidien. Par exemple, lorsque la personne est habituée à ranger un objet à un endroit précis, il ne faut jamais déplacer cet objet, et faire attention à toujours le ranger à cette même place. C’est des petits détails mais qui permettent d’accompagner correctement la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Si j’avais un autre conseil à donner également c’est de toujours rester patient et de ne pas brusquer la personne. Prendre son temps, être présent et doux, permet de rassurer votre bénéficiaire.

OH : Si un de vos bénéficiaires devrait vous qualifier en quelques mots, que dirait-il d’après vous ?

Maryse : C’est une question difficile ! Je pense qu’il dirait que je suis quelqu’un de très empathique et de franche. Et ponctuelle aussi. C’est important pour les personnes âgées de toujours être à l’heure, ça évite de les faire s’inquiéter.

Ne ratez plus rien sur l'aide à domicile ! Inscrivez-vous à notre newsletter